Le Diamant Vert sur pellicule


Et son édition 2017, cinq mois plus tard...

Troisième été, même lieu, même ambiance, les esprits plus nombreux, la température plus douce.

J'avais déjà retranscris les douces notes sucrées du festival du Diamant Vert en vidéo pour ses deux premières éditions, en 2016 et en 2015.

Cette fois-ci, armé d'un Minolta et d'un Nikon en 35mm et de mon Lubitel 166B en 120mm, j'emporte quelques rouleaux de films et je repars en ajoutant trois amis dans mon sac à dos. Magie de l'argentique, quelques semaines plus tard, je me rendrai compte que mes photos sur le film 120mm sont toutes floues à cause d'un problème de bague de mise au point. Parfois, l'effet de style était tout de même bien là...

Les journées se passent, près de l'étang, à fuir le soleil lorsqu'il est trop présent, à s'y précipiter au sortir de l'eau pour se sécher, à regarder les gens voler par-dessus les reflets des vibrations provoquées par un toboggan DIY en bois et à l'apparence d'un dragon. Tout cela sous des mix envoûtants et le son des arbres.

Il y a les mariages, les pièces de théâtre en plein air, la diseuse de bonne aventure, etc... On a même droit à un cours de Yoga Vodka. Vous ne savez pas ce que c'est ? Dans ce cas je vous invite à venir le découvrir de vous-même l'an prochain !

Et puis la moiteur du soir tombe petit à petit, les lumières de la scène attirent les âmes comme des papillons, on se rapproche, on se balance, on s'aime, on vit, on danse.

La première de Toto et les sauvages

Electro, funk, rock, rap, les genres sont éclectiques, le rythme évolue, mais le sentiment reste le même. Celui de vivre intensément au creux d'une vallée perdue du Cantal, à mille lieux des grandes villes, un moment unique de communion avec la musique.

Les lumières pulsent, les corps se tordent, les bras se lèvent. Ambeyance.

Ci-dessus, la seule photo que j'ai été capable de prendre lors du concert de The Fat Badgers. C'est simple, même le passage de Major Lazer aux Vieilles Charrues qui tenait jusqu'alors la tête de mon palmarès de la soirée la plus énergisante, ne parvient pas à détrôner l'heure passée avec ce groupe funk.

Le public en état de transe, les solos endiablés de la basse, le groove, la scène envahie, les cris et les applaudissements, les rappels, les CD lancés à la foule. Une pure folie.

Basile Di Manski dans la lumière

Après leur concert, je m'en vais tirer le portrait de deux des kids du trio de la Keep Dancing Inc. Ils sont cool, et leurs sons aux origines rock, au parfum pop et aux sonorités électro entêtent encore ma playlist de l'été.

Je vous laisse avec un mix de toutes les autres photos prises lors de cette édition. Rendez-vous dans 7 mois pour la prochaine !

#diamantvert #festival #musique #argentique #nature #cantal #auvergne #montagne #clermontferrand